Mobilité

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Super mobile, tu seras !

Nous pensons que le problème de la mobilité et des embouteillages dans les grandes villes belges ne se résoudra pas avec une politique qui stigmatise les automobilistes et qui a pour unique but de les dégouter d’utiliser leur véhicule pour se rendre au travail sans réelles alternatives.

De plus, les transports en commun à Bruxelles ne sont pas dignes d’une capitale européenne ! Bruxelles et les grandes villes touchées par le problème de la mobilité ont besoin d’une vision claire, ambitieuse et sur le long terme.

Le service minimum, une urgence !

Tram

Pour cela, la Fédération des Etudiants Libéraux préconise :

  • La mise en place du service minimum car si la grève est un droit reconnu par la loi, le droit au travail l’est aussi ! Celui-ci ne peut être bafoué et les grévistes, notamment dans le secteur du transport public, ont des devoirs comme celui de ne pas paralyser le pays et de prendre les usagers en otage de leur action sociale ;
  • La création de plusieurs parkings de dissuasion à l’entrée des grandes villes et en particulier de la capitale pour désengorger certaines artères. Les parkings seraient desservis par des transports en commun à prix modique pour un aller-retour et des vélos en libre-service seraient mis en location gratuitement (ainsi que des boxes pour garer les vélos appartenant aux navetteurs). Les entreprises pourraient également mutualiser les navettes privées qui existent déjà pour développer un réseau plus important (notamment pour desservir les zonings) ;
  • Un service continu de transports en commun durant la nuit pour permettre à Bruxelles de demeurer dynamique, attrayante et sûre. Le réseau mis en place à Bruxelles est actuellement bien trop cher et certaines personnes préfèrent alors prendre un taxi. Il serait donc judicieux de prévoir des navettes qui suivraient les lignes de bus et de tram existantes que les personnes pourraient appeler jusque tard dans la nuit en utilisant simplement leur abonnement (sans surcoût) si elles sont déjà abonnées ;
  • La prise en compte des personnes à mobilité réduite pour élaborer les plans de mobilité (en offrant des services qui leur sont directement dédiés) car au vu du vieillissement de la population, cet enjeu sera de taille dans les années à venir ;
  •  Une utilisation plus accrue du canal et du réseau ferré intra bruxellois pour offrir une alternative à la route et aux transports en commun traditionnels ;

Et le RER, c’est pour quand?

  • Un suivi très attentif du dossier du RER qui se fait attendre depuis plus de 10 ans entraînant des surcoûts monstrueux alors qu’il s’agit là d’un projet qui devrait considérablement améliorer la mobilité de la population et des travailleurs/navetteurs tout en redynamisant économiquement et socialement des quartiers et territoires mis, jusque-là, sur le banc de touche ;
  • La gratuité des places de parking sur la voie publique pour les voitures électriques et/ou peu polluantes.